samedi 3 mai 2014

Christophe Betmalle - Galerie accroTerre du 23 avril au 24 mai 2014

Exposition "Multiples" - Christophe Betmalle


Christophe Betmalle à la Galerie accroTerre


Une exposition pour découvrir les peintures et créations céramiques de cet artiste.

Informations pratiques
Galerie Accro Terre
11 rue Émile Lepeu 75011 Paris
Métro ligne 9 – station Charonne
Tél. : 06 12 26 89 43
La galerie est ouverte du mercredi au samedi de 15h à 19h et sur rendez-vous.

Extrait du dossier de presse

La thématique récurrente de son travail « est celle de l’identité et la multiplicité des facettes d’une même personnalité. Le rapport entre l’extérieur – l’apparence, ce que l’on donne à voir – et le monde intérieur, celui de l’inconscient – [l’] intéresse particulièrement. ». Il ne s’agit donc pas de la représentation des divers angles de vue « physique » d’un même individu mais plutôt celle de ses émotions et de leurs variations.

Tout dans son œuvre tourne ainsi autour de la vaste question : qui suis-je ? Qui est l’autre ? Et il pose cette question, inlassablement, réalisant ainsi une sorte de journal intime témoignant de ses diverses émotions, interrogations, doutes, évoquant amours, abandons, frissons, souvenirs. Avec la maturité et l’expérience, les visages se multiplient et creusent la surface du papier, révélant ainsi la richesse de sa personnalité. Parfois, une main apparaît dans le tourbillon qui les entraîne comme si elle tentait d’en interrompre le mouvement.



D’un point de vue pictural, son choix chromatique doit être souligné. Ces papiers, sur lesquels il crée, possèdent des couleurs très riches, très denses qu’il va ensuite nuancer par l’ajout des différents médiums –tempera, encre, aquarelle ou gouache– qu’il utilise concurremment dans toutes ses œuvres. Et c’est le rouge qui revient comme un leitmotiv. Couleur dont il juxtapose les nuances — le carmin, le rouge carotte ou le cinabre — et qu’il utilise pour souligner l’appétit de vivre de ses personnages et l’intensité des émotions qui les traversent.

Cette volonté de témoigner des différents états ou moments de l’âme humaine se retrouve dans sa sculpture. Depuis 2008, en effet, il s’interroge sur le volume. Il a réalisé, notamment, une série de sept têtes en plâtre, qu’il a le projet de faire couler en bronze. Sur ces pièces, qui figurent diverses expressions, apparaissent des mains, tour à tour caressantes, dérangeantes, protectrices, qui perturbent la perception sensorielle de ses personnages mais aussi la nôtre.

Dans le même temps, il a réalisé un moule afin de pouvoir modeler ou couler des têtes monumentales en grès et en porcelaine. Malgré les réductions liées au séchage et à la cuisson, ces pièces gardent, une fois achevées une très forte présence. Là encore, se retrouve son désir de permettre au spectateur de se confronter physiquement à son œuvre. Une fois démoulées et retravaillées, ces pièces sont peintes avec des pigments céramiques, des engobes et des oxydes, avant d’être cuites. Elles sont une transposition de ses recherches picturales en matière de représentation plurielle de l’individu et se doublent d’une volonté d’adéquation entre le décor et la forme.

Il renoue un peu, en cela, avec les recherches qu’il avait été amené à réaliser au printemps 2006 pour l’opération Vach’Art, expérience qui lui avait permis de présenter une vache intitulée Gaïa ornée de deux nus qui avait connu un certain succès. Ces « Têtes » recevront-elles le même accueil ?

Dans cette mise en abyme de visages, il nous parle toujours de lui, de nous, de nos réactions et de nos états d’âme.

Eric Berthon

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget